Fiche N°0 - Un peu de méthode !

par manu

Quelle méthodologie employer pour travailler sur la mise en page de votre site ? Partir d’une page blanche et tout construire progressivement ? Ou au contraire partir d’un squelette déjà bien construit et le personnaliser ?


L’angoisse de la page blanche

En théorie, il est bien sûr possible de démarrer l’écriture de votre squelette ex nihilo... après tout il suffit de lire la documentation de SPIP et de commencer à travailler.

Sauf que cette démarche risque de s’avérer compliquée, insatisfaisante, et en définitive assez frustrante.

Nous proposons ici la démarche exactement opposée : partir d’un squelette déjà existant et le modifier progressivement jusqu’à ce qu’il réponde exactement à vos besoins.

Partir des squelettes par défaut de SPIP

SPIP est livré de base avec un jeu de squelettes par défaut. Une possibilité est donc de modifier de manière plus ou moins importante ces squelettes afin d’arriver à en faire quelque chose de neuf. Cette solution présente des avantages, mai aussi quelques inconvénients :

  1. Les squelettes de base sont complets, en ce sens que toutes les fonctionnalités de SPIP y sont représentées : c’est normal, il s’agit à la fois d’un jeu de tests et d’un squelette de démonstration. Vous n’aurez sans doute pas besoin de tout, mais vous êtes sûr de ne pas passer à côté d’une fonctionnalité simplement parce que le squelette ne la prend pas en compte.
  2. Les squelettes par défaut se trouvent tous rassemblés dans le répertoire squelettes-dist ([voir ici article560]), il est donc généralement pas trop compliqué de savoir quel fichier recopier dans le répertoire squelettes.
  3. La puissance des CSS ainsi que du langage de SPIP est telle que quelques lignes de code devraient vous permettre d’avoir une présentation visuellement très différente du point de départ.
  4. D’un autre côté, n’avoir qu’un seul point de départ peut brider quelque peu l’imagination. Et il n’est pas forcément très simple de s’écarter réellement des fonctionnalités présentées pour faire quelque chose de vraiment neuf. D’où la seconde possibilité :

Partir d’un squelette alternatif.

Il s’agit d’installer un squelette tout fait, et de partir de ce squelette pour le modifier. Dans ce cas, un bon candidat est le squelette modulaire Zpip, qui lui-même est "thémable", c’est-à-dire que la présentation du site sous Zpip dépend entièrement du thème choisi. En pratique, cela revient à installer le squelette Zpip, les thèmes décrits comme "Z-thème", et aussi le plugin Zen-garden qui vous permettra de passer aisément d’un thème à l’autre (voir ici pour les détails d’installation). Il est alors simple de choisir un thème qui corresponde grosso-modo à vos besoins, et de le modifier légèrement pour coller parfaitement à ce que vous désirez.

Cette approche présente cependant quelques inconvénients : en particulier il n’est pas toujours simple de savoir quels fichiers participent réellement à la présentation d’une page, car le squelette étant modulaire tout est dispersé sur de nombreux fichiers, appartenant à différents "produits" (Zpip, le thème, voire les fichiers de la distribution).

Nous vous conseillons fortement d’installer le plugin SkelEditor, qui permet d’éditer votre squelette directement en ligne sans passer par le FTP : il vous expliquera exactement où sont les fichiers actifs, et fera pour vous la copie dans le répertoire squelettes.

Et dans notre cuisine ?

Les "fiches-cuisines" décrites ici ont pris comme présupposé la première approche (partir des squelettes de la distribution). Cependant, il est très simple de les adapter pour utiliser la seconde approche. Lorsqu’il y aura des différences vraiment perturbantes, celles-ci seront signalées par une note de bas de page.